Sortie des études de l'Observatoire de l'eau 2018

Comme chaque année depuis le lancement du premier Plan Départemental de l'Eau, le Département publie les nouvelles études de l'Observatoire de l'eau. La production 2018 comprend 6 études au total, dont une faisant l’état des lieux des captages et réservoirs d’eau potable sur le département.

Sortie Etudes Observatoire 2018

Crédit photo : CD77

Les cinq études annuelles réactualisées

Depuis l’année 2009, l’Observatoire de l’eau comprend cinq études, qui sont actualisées tous les ans sur la base des données les plus récentes. Elles sont réalisées par les services du SEPoMA et du SATESE du Département.

Ainsi, l'historique disponible permet aujourd'hui d'observer des évolutions et les tendances dans les domaines suivants :

  • Le prix de l’eau,
  • Le fonctionnement des systèmes d’assainissement collectif,
  • La performance des réseaux d’eau potable,
  • L'engagement des communes dans la réduction de l'utilisation des pesticides,
  • La qualité des cours d'eau.

Une nouvelle étude ponctuelle

Cette année, une nouvelle étude ponctuelle vient compléter la production de l’Observatoire de l’eau 2018. Cette étude recense les captages et réservoirs d’eau potable en Seine-et-Marne et tente d’évaluer la vulnérabilité de ces ouvrages.

Crédit photo : SEPoMA/CD77

Le troisième Plan départemental de l’eau vise entre autres à mettre l’accent sur la sécurisation de la distribution de l’eau potable. L’état des ouvrages de production et de stockage fait donc partie des problématiques auxquelles la politique de l’eau sur le département cherche aujourd'hui à sensibiliser.

Ainsi, pour la treizième année des éditions de l’Observatoire de l’eau du Département, une étude a été réalisée par le SEPoMA sur ces ouvrages, afin d’abord de les recenser et d’en faire l’état des lieux, puis d’évaluer leur vulnérabilité potentielle en tant qu’ouvrage d’un réseau d’eau potable. Bien qu’une réglementation, certes moins étoffée que pour les réseaux de distribution, existe pour chacun de ces ouvrages, le constat est plutôt inquiétant notamment quant à leur manque d’entretien.

Retrouvez dans cette publication les résultats de cette étude.