Glossaire

  • macroinvertébrés

    Les macroinvertébrés sont l’ensemble des animaux visibles à l’œil nu (généralement d'une taille supérieure à 0,5 mm) et qui ne possèdent pas de squelette. Les macroinvertébrés aquatiques vivent dans les cours d'eau sur et dans les sédiments. Ils sont couramment utilisés pour déterminer la qualité des eaux en raison de leur sensibilité aux changements de la qualité de l'environnement. Pour les études de qualité d'eau, les macroinvertébrés aquatiques sont généralement classés en trois groupes en fonction de leur capacité à tolérer la pollution de l'eau : sensible à la pollution, peu sensible et tolérance à la pollution. Les macro-invertébrés sont constitués d’insectes (larve, nymphe, adulte) ainsi que de mollusques, des vers ou de crustacés.

  • macrophyte

    Plante aquatique de grande taille, par opposition au phytoplancton et aux algues de petite taille. (ex. : nénuphars, roseaux, myriophylle…).

  • Maître d'ouvrage

    Personne physique ou morale décisionnaire ayant la propriété de l'ouvrage ou la responsabilité du service. Pour l'eau potable ou l'assainissement, le maître d'ouvrage est la collectivité (commune, groupement intercommunal) qui détient la compétence eau potable et/ou assainissement.

  • marcottage

    Méthode de multiplication consistant à faire se développer des racines sur un rameau d’une plante, puis à séparer le rameau raciné de la plante mère. Le marcottage peut se faire en enterrant un rameau dans le sol (si les rameaux sont bas et souples). Il existe aussi une technique de marcottage aérien, qui consiste à inciser légèrement un rameau et à l’envelopper de tourbe ou de terreau humide afin que des racines se développent.

  • marsonia

    Maladie causée par le Marsonia , causant un jaunissement des feuilles sur lesquelles apparaissent des taches noires circulaires, puis une chute prématurée des feuilles.

  • Masse d'eau

    Découpage élémentaire des milieux aquatiques destinée à être l'unité d'évaluation de la Directive Cadre sur l'Eau ( DCE ). Les masses d'eau sont regroupées en types homogènes qui servent de base à la définition de la notion de bon état écologique (ex : masse d'eau « plan d'eau »).

  • Matières colloïdales

    Particules de petite dimension (0,001 à 0,1 µm) en suspension dans un liquide.

  • Matières de vidange / de curage

    Matières issues d'opérations d'entretien (vidange, curage) des dispositifs d'assainissement non-collectifs (A.N.C.) Ces matières sont principalement constituées de flottants, d'eaux usées et de boues à l'exclusion de tous déchets ou produits autres que ceux issus des eaux usées domestiques.

  • meloidogynes

    Les meloidogynes sont des nématodes (minuscules vers, dont certains vivent dans le sol) qui s'attaquent aux racines des plantes. Ces nématodes entraînent l'apparition de petites galles sur les racines des plantes et éventuellement un pourrissement des racines. La plante jaunit et se flétrit.

  • Merlon de curage

    Dénomination des travaux publics pour des talus de section trapézoïdale de plusieurs mètres, utilisés le long de la rivière et issu des curages et/ou des recalibrages.

  • Mètre cube

    1 m³ = 1 000 litres

  • mildiou

    Nom d'un ensemble de maladies causées par des microorganismes, atteignant de nombreuses plantes et particulièrement les vignes (attaquées par Plasmopora viticola), les tomates et les pommes de terre (Phytophrora infestans). Les symptômes observés sont l'apparition de taches brunâtres huileuses sur les feuilles, d'un feutrage blanc à la face inférieure des feuilles, et de taches brunes sur les fruits. Il entraîne le flétrissement général de la feuille, d'un rameau ou de toute la plante.

    Le mildiou du fraisier est causée par le champignon Phytophtora fragaria. Elle atteint les fraisiers en sol mal drainé. La plante est chétive, le feuillage prend une coloration rougeâtre et flétrit par temps humide. Les fruits infectés sont petits et ont très mauvais goût. Une fois le sol infesté, il est très difficile de se débarrasser de cette maladie.

  • mineuse du marronnier

    Les chenilles de ce petit papillon creusent des galeries dans les feuilles de marronnier, entraînant un dessèchement et une chute prématurée des feuilles. Cette situation affaiblit l'arbre, mais la mortalité reste rare.

  • MISEN

    Mission Inter-Service de l'Eau et de la Nature. Structure assurant la coordination au niveau du département de l'ensemble des services de l’État chargés de la police de l'eau et de la nature (milieux aquatiques, chasse et faune sauvage).

  • Module interannuel

    Moyenne annuelle de débit.

  • moniliose

    Maladie très courante des arbres fruitiers, causée par le champignon Monilia fructigena sur les fruits à noyau, Monilia laxa sur les fruits à pépins. Les fruits se recouvrent alors d'une tache marron et de points blancs répartis en cercles concentriques. Les fruits pourrissent sur l'arbre et restent momifiés sans tomber.

  • Montaison

    Remontée des poissons migrateurs vers les zones de reproduction situées en amont de l'embouchure des fleuves.

  • mouche de la carotte

    La mouche de la carotte (Psila rosae) se reproduit au début de l'été et pond ses œufs au pied des carottes. Les asticots, de couleur crème, pénètrent dans la carotte et y creusent des galeries.

  • mouche de la cerise

    La mouche de la cerise ( Rhagoletis cerasi ) pond ses œufs dans les cerises dès fin avril, les larves (asticots) se nourrissent dans le fruit : cerises « véreuses ».

  • mouche de l’asperge

    Cette petite mouche (Plioreocepta poeciloptera) a une tête jaune, le thorax gris clair avec 3 lignes longitudinales noires, des pattes grisâtres, et des ailes traversées par une large bande brune en zigzag. Ses asticots creusant une galerie à l'intérieur des turions (jeunes bourgeons) des asperges. Ceci entraîne un affaiblissement de la griffe qui finit par se dessécher sur place.

  • mouche des semis

    Les asticots de cette petite mouche (Delia platura) creusent des galeries dans les graines, bulbes , et à la base des jeunes plants de haricots, concombres, pommes de terre, asperges... Ces dégâts entraînent souvent le développement d'une pourriture brune causée par des bactéries (Erwinia). Les plantes présentent des retards de croissance ou des troubles de développement. Dans certains cas, la destruction des cultures peut être totale. Les larves se développent particulièrement sur sol humide et riche en matière organique.