Gestion de l'ambroisie : un nouvel arrêté de gestion et destruction de l'espèce

Un arrêté préfectoral prescrivant la destruction obligatoire de 3 espèces d’ambroisie a été adopté le 18 mars 2022. Celui-ci vise à une meilleure prise en compte de la gestion de ces plantes exotiques allergisantes et invasives.

Gestion de l'ambroisie : un nouvel arrêté de gestion et destruction de l'espèce

Les ambroisies, des plantes allergisantes

Crédit photo : photo Observatoire des ambroisies

Trois espèces d’ambroisie sont présentes sur le territoire français :

  • L’ambroisie à feuilles d’armoise (Ambrosia artemisiifolia)
  • L’ambroisie trifide (Ambrosia trifida),
  • L’ambroisie à épis lisses (Ambrosia psilostachya)

L’élimination de ces végétaux représente un enjeu de santé publique. En effet, le pollen des ambroisies est un pollen à fort potentiel allergisant. Il est produit en grande quantité, peut être transporté par le vent sur de grandes distances (+ de 40 km). 5 grains de pollen par m3 d’air par jour suffisent à provoquer une allergie.

2 foyers d’ambroisie en Seine-et-Marne

Au total, 16 foyers d’ambroisie ont été détectés ces trois dernières années en Île-de-France, dont 2 en Seine-et-Marne.

Un nouvel arrêté préfectoral

Afin de limiter l’impact sanitaires et les coûts associés liés à la présence de ces végétaux, l’Agence Régionale de Santé (ARS) a proposé un projet d’arrêté préfectoral prescrivant la destruction obligatoire de trois espèces d’ambroisie. Cet arrêté préfectoral a été publié le 30 mars 2022.

Il en ressort la possibilité pour le Préfet de mettre en place des mesures de luttes obligatoires (signalement via la plate-forme nationale de signalement de l'ambroisie et obligation de lutte, notamment).

Les collectivités pourront désigner un référent territorial ambroisie en charge du suivi des actions de repérage, de communication et de sensibilisation sur le sujet.