Gérer la pyrale du buis

La pyrale du buis est une espèce exotique envahissante que l'on trouve maintenant en Île-de-France. Elle cause des dégâts importants aux buis et est difficile à maîtriser. Voici quelques conseils face à cet insecte.

Gérer la pyrale du buis

Les chenilles, vert clair avec des bandes longitudinales vert fonce, et une tête noire, se nourrissent des feuilles. Dès avril, on peut observer les très jeunes chenilles qui décapent les feuilles (en grossissant elles consommeront la totalité de la feuille). Les buis brunissent d'abord, puis les feuilles sont mangées, en laissant le pétiole et parfois la nervure centrale. L’adulte est un papillon nocturne très attiré par la lumière, aux ailes blanc nacré et bordées de brun.

Attention à ne pas confondre avec certaines maladies du buis, qui provoquent aussi un brunissement de la plante, comme Cylindrocladium buxicola (apparition de taches brunes sur les feuilles). Dans ce cas, taillez et détruisez les parties atteintes, pensez à désinfecter votre matériel de taille avec du vinaigre d’alcool.

Lutte contre la pyrale du buis

La chenille n'est pas urticante, vous pouvez ramasser les chenilles à la main et les écraser. Pensez à regarder au cœur des arbustes, et sous les feuilles, où les chenilles se réfugient. Les chenilles peuvent tomber si l'on secoue l'arbre ou le frappe à l'aide d'un bâton, ce qui peut faciliter leur ramassage, particulièrement en mettant une bâche au pied de l'arbre.

Hors période de sécheresse, un jet d'eau sous pression peut abîmer les chenilles ; une technique à réserver aux journées ensoleillées ou venteuses pour éviter d’entraîner le développement des maladies du buis.

Favorisez la présence de chauves-souris et d’oiseaux insectivores comme les moineaux et les mésanges, par exemple en posant des nichoirs. Les chauves-souris peuvent se nourrir des papillons. Les moineaux et les mésanges peuvent occasionnellement se nourrir des chenilles.

Pour en savoir plus sur comment rendre votre jardin accueillant pour les chauves-souris et les oiseaux, rendez-vous ici

Crédit photo : Dr Victor Fursov. Femelle de trichogramme pondant dans un œuf de papillon.

Les trichogrammes sont de très petites guêpes qui pondent dans les œufs de la pyrale du buis. L’œuf de pyrale n’éclot alors pas, permettant le développement de la larve de la micro-guêpe. Ces insectes sont commercialisés pour lutter contre la pyrale. Utilisez un piège à phéromones contre la pyrale du buis et, dès les premiers papillons capturés, installez les diffuseurs contenant les trichogrammes.

Remplacement des buis

Crédit photo : Stéphanie HAMON. Fusain du japon à feuilles panachées, taillé en boule

Sachez qu’il existe des végétaux d’aspect similaire au buis qui ne sont pas attaqués par ces chenilles,  ni par les maladies du buis : il existe par exemple certains houx à petites feuilles (comme le Ilex crenata), de nombreux fusains (Euonymus), ou encore l’osmanthe de Burwood (Osmanthus X burkwoodii), le chèvrefeuille arbustif (Lonicera nitida), ou encore le troène de Californie (Ligustrum ovalifolium). Ces plantes horticoles exotiques font partie de celles qui se rapprochent le plus visuellement du buis et qui supportent bien la taille y compris en art topiaire (l’art topiaire est une taille donnant aux arbres des formes décoratives : haies basses des jardins à la française,  arbres taillés en forme géométriques comme des boule, des cônes…).

Crédit photo : Stéphanie HAMON. Pin taillé en nuage

Différents végétaux dont l’aspect diffère plus de buis se prêtent aussi à l’art topiaire, par exemple le laurier et le cyprès ; parmi les espèces plus locales, on trouve l’if, voire le lierre (que l’on peut faire grimper sur une structure). 

Enfin, vous pouvez bien sûr remplacer les buis par tout autre végétal moins sujet aux attaques : un sujet isolé peut être remplacé par un autre arbre ou arbuste. Dans certains cas, une haie basse de buis peut être par exemple être remplacée par un massif fleuri. Des buis en haie haute peuvent être remplacés par d’autres arbres adaptés à cet usage ; et pourquoi ne pas envisager une haie variée composée d’arbres locaux ?